28/05/2009

Deuxième primaire

 Laure s’interroge sur le retard en lecture de 'Y', qui est reléguée en remèdiation en vue de tenter de combler ce retard.

 

Lors d’une réunion de parents, je rencontre Bernadette, remèdiatrice. Elle attribue à 'Y' des qualités de dyslexie. Face à ma perplexité, elle s’embarque dans une démonstration éloquente. Fort heureusement,  la description dont elle se sert pour étayer son point de vue ne correspond en rien à la personnalité de 'Y'. De plus, certaines de ses références d’évaluation de niveau sont obsolètes et 'Y' n’a aucun problème de coordination de mouvements ni d’équilibre. Je lui fais part de mes réserves, mais elle ne considère aucunement mes arguments. Elle semble contrariée et s’emporte. Elle conclut par un discours très culpabilisant soulignant l’importance d’une assistance extérieure en logopédie indispensable au développement et à l’épanouissement de 'Y'…

 

Comme le retard académique de 'Y' est avéré, je décide de rompre le pacte de non intervention et entreprends de soutenir 'Y' chaque jour une petite heure en vue d’un rattrapage. Je dois bien avouer qu’il y avait de la matière et, sans être pédagogue, il nous fallut reprendre l’élémentaire du décodage phonétique et du syllabage…

 

Je comprends, enfin, le sens de l’énigmatique déclic salvateur, tant attendu par les adeptes de la méthode globale et/ou mixte ; ce déclic s’opère tout simplement dès que l’enfant arrive à lire…

10:26 Écrit par Consulting dans Actualité, Général, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lecture, enseignement, ecole, dyslexie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.